DIAPHANIE ou les mémoires d'une fée

PRESSE

Un château en pur cristal , un carrosse en pierres précieuses scintillantes, des robes somptueuses comme taillées dans du verre étincelant ; toutes ces choses fabuleuses et irréelles sorties du royaume féérique de l'enfance se font admirablement concrètes et palpables chez Barbara Mélois. Les figures les plus légères et les plus délicates se déploient sous nos yeux. On retient sa respiration: un souffle pourrait tout détruire.Barbara Mélois est une magicienne de la matière. Dans ses mises en scène précédentes, elle travaillait avec des matériaux aussi quotidiens que le papier d'aluminium ou le ruban adhésif ; la voilà maintenant qui se consacre toute entière à la cellophane.
Et sans grands moyens techniques, avec rien d'autre que ses mains et l'adroite maîtrise de la lumière, elle crée sous nos yeux un nouveau monde, qui a ses propres formes, ses propres rythmes, ses musiques, une atmosphère féérique toute particulière. Elle fait vivre un castelet scintillant habité par les fées et les personnages de contes, ces êtres qui nous fascinent toujours et encore. GE


Ce petit délice poétique est maîtrisé dans tous ses aspects : écriture, jeu, traitement musical et invention dans la conception comme dans la manipulation, par une jeune femme qui parvient à la maturité de son art »

This small poetic delight is beautifully mastered in all respects - the writing, the acting, the use of music, the inventiveness both in the conception and in the manipulation - by a young woman who has reached the maturity of her art.
Edith Rappoport - revue Mû

« Un spectacle féerique pour petits et grands »
« Cette fabuleuse conteuse entraîne subtilement son auditoire dans les dédales d’une
Histoire à la fois magique, inventive, et toujours follement amusante. »
La Tribune, Le Progrès

La seconde création française de ce Festival à mon sens la plus remarquable, est proposée par Barbara Mélois, diplômée de la première promotion de l’ Ecole Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette de Charleville »
Sandrine Ben David - (Festival du théâtre de Marionnettes de Jérusalem) Jérusalem Post

Au milieu de son petit castelet tout transparent, l’artiste faite naître elle-même ses personnages et ses objets. Les doigts s’affairent, le carrosse se déploie dans un souffle, des éclats de lumière suffisent à moduler les atmosphères de ce conte habité par la grâce et l’humour…Un enchantement."
L’Express

"Cinquante minutes de jubilation durant lesquelles la surprise rivalise avec l’émerveillement."
L’Ardennais

L'artiste a réalisé ici un véritable chef-d’œuvre ; et ce ne sont pas les enfants aux yeux émerveillés qui diront le contraire !
La République du centre

«Wunderbare Welt aus Zellophan gezaubert- Barbara Mélois gastierte mit poetischem Materialtheater»
Mitteldeutsche Zeitung.

"Memorie di una fata spettacolo ricco di suggestioni sonore, visive e fiabesche, ha incantato ieri i bambini infilando una serie di raconti dove i protagonisti sono i principi e le principesse, i draghi, e poi tanti altri animali e esseri fantastici che popolano il mondo delle fate.
"Gazzeta di Mantova"
"

"C’est un cube transparent qui sert d’écrin au spectacle présenté par Barbara Mélois. tout de blanc vêtue, tour à tour actrice, conteuse, marionnettiste, elle évolue dans un décor original, au milieu de personnages et d’accessoires réalisés en papier cellophane et nul n’aurait sans doute imaginé que ce matériau recelait autant de possibilités artistiques.

Dans ce monde de transparence auquel les jeux de lumière donnent une grâce supplémentaire, des bulles de savon évanescentes et de petits personnages translucides, qui virevoltent gracieusement autour du cube de Barbara Mélois, apportent une légèreté et une poésie inouïes.

Cendrillon et son prince ont trouvé en Barbara Mélois, une bonne fée, qui donne une réelle dimension artistique au conte de Perrault. "Suzy Vierge,Sud Ouest